La déperdition thermique désigne la perte de chaleur qui se produit dans un logement. Le plus souvent, cette déperdition est le résultat d’une mauvaise isolation thermique. Le calcul d’une déperdition thermique doit être bien précis et doit se faire pièce par pièce. C’est d’ailleurs important pour trouver les solutions adéquates afin de limiter la perte de chaleur.

Tous les devis d’artisans pour vos travaux d’isolation

C’est quoi la déperdition thermique ?

Avant tout, sachez qu’il n’existe pas de logement 100 % hermétique. Des entrées et sorties d’air sont importantes pour assurer l’assainissement de l’air par l’intermédiaire de la ventilation ou du renouvellement de l’air. Cependant, la plupart d’entre elles ne sont pas voulues. Certaines proviennent de différents endroits de la maison tels que :

  • Les fenêtres,
  • Les murs,
  • Les sols,
  • Les combles perdus.

Par conséquent, la maison se refroidit en hiver ou devient plus chaude en été. Quand l’isolation thermique est faible, la chaleur qui est stockée à l’intérieur fuit par les parois vers l’extérieur. C’est ce qu’on appelle déperdition thermique ou perte de chaleur. Selon l’ADEME, 30 % des pertes de chaleur proviennent des toits. Viennent ensuite les murs avec 25 % et l’aération avec 20 %.

Ces déperditions limitent la sensation de confort, aussi bien en été qu’en hiver. Vous devez donc compenser l’entrée d’air froid par plus de chaleur. Or, ce procédé augmente considérablement la consommation d’énergie et donc la facture. Heureusement, il existe des solutions pour limiter la déperdition thermique.

Comment limiter la déperdition thermique ?

Il existe des astuces permettant de limiter la déperdition thermique d’une maison. Ces solutions concernent entre autres l’isolation du toit, des murs porteurs et intérieurs, des fenêtres ou du système de ventilation.

L’isolation thermique du toit

En termes de déperdition thermique d’un logement, l’isolation thermique du toit est l’un des points à revoir en priorité. Certes, la toiture est la partie de la maison la plus exposée aux conditions extérieures. Ainsi, une mauvaise isolation engendre une perte de chaleur de 30 %. Pour éviter donc les déperditions à ce niveau, vous pouvez envisager l’isolation de vos combles perdus ou directement le toit. Cela est possible par l’intérieur ou par l’extérieur. Les travaux se réalisent rapidement et avec un prix dépendant de la surface à isoler et des matériaux utilisés.

Isolation des fenêtres

Que cela soit des parois vitrées trop fines ou de vieux châssis, la déperdition de chaleur par les fenêtres représente entre 5 et 25 % de la consommation dans une maison. Pour éviter ce type de déperdition thermique dans votre logement, il est de mise de vérifier l’isolation de vos fenêtres. Pour cela, vous devrez considérer deux éléments majeurs, dont le vitrage et la structure de la fenêtre. Pour vous garantir un équipement de qualité, faites appel aux performances AEV. 

Installer un bon système de ventilation

Pour finir, l’autre moyen de limiter la déperdition thermique de votre maison est la mise en place d’un bon système de ventilation. À ce propos, vous devez savoir que la ventilation contrôlée ou VMC est particulièrement conseillée. En effet, ce type de ventilation permet un renouvellement d’air permanent. Ce qui vous garantit un environnement plus sain au quotidien. Cela permet également de réduire considérablement la perte de chaleur au sein de votre foyer.

Tous les devis d’artisans pour vos travaux d’isolation

Le calcul de la déperdition thermique

Le calcul de la déperdition thermique permet de connaître précisément la quantité de fuites de chaleur dans votre maison. Les déperditions de base sont évaluées en régime continu et indépendamment du système de chauffage. Le calcul des déperditions calorifiques peut ainsi s’avérer compliqué si vous souhaitez avoir une bonne précision, car il requiert l’utilisation de nombreuses formules. Parmi ces formules, il faut multiplier le volume de la pièce par 40 watts pour avoir une idée de la déperdition thermique approximative du logement. De même, il faut prendre en compte plusieurs éléments pour pouvoir calculer les pertes de chaleur. Et comme il a été mentionné plus haut, le calcul doit se faire pièce par pièce.