Comment isoler des combles ?

5/5 - (1 vote)

L’isolation des combles est une étape cruciale pour assurer le confort thermique et acoustique d’une habitation. En effet, les combles sont souvent les principales sources de déperditions de chaleur en hiver et d’infiltrations d’air chaud en été. Pour éviter ces désagréments et réduire la consommation énergétique de votre maison, il est essentiel de bien choisir les matériaux et les techniques d’isolation adéquats.

Les différents types de combles et leur isolation

Dans une maison, on peut distinguer deux catégories de combles :

  1. Les combles perdus, qui ne sont pas aménagés et dont la surface n’est pas utilisée pour créer des pièces habitables.
  2. Les combles aménageables, qui disposent d’un espace suffisant pour être transformés en pièces supplémentaires (chambres, bureaux, salles de bains, etc.).

Tout d’abord, faites un tour sur ce site pour en savoir plus sur l’isolation des combles perdus.

En fonction du type de comble à isoler, les solutions d’isolation peuvent varier :

  • Pour les combles perdus : on peut opter pour une isolation par soufflage ou par déroulement de rouleaux isolants. L’isolation par soufflage consiste à projeter un matériau isolant en vrac (laine minérale, ouate de cellulose, etc.) au sol des combles à l’aide d’une machine spécifique. Cette technique est rapide et efficace pour obtenir une couche uniforme et épaisse d’isolant.
  • Pour les combles aménageables : la solution la plus courante consiste à poser des panneaux ou des rouleaux d’isolant entre les chevrons ou les fermettes (structures métalliques ou en bois qui soutiennent la charpente). On peut également opter pour une isolation par insufflation, qui consiste à injecter un matériau isolant en vrac dans des caissons pré-installés entre les chevrons.

Les critères de choix des matériaux isolants

Lorsque l’on souhaite isoler ses combles, il existe plusieurs critères à prendre en compte pour choisir les matériaux les plus adaptés :

  • La performance thermique : elle s’évalue par la résistance thermique R, qui représente la capacité d’un matériau à résister aux échanges de chaleur. Plus la résistance thermique est élevée, meilleur est le matériau isolant.
  • La durabilité : certains matériaux isolants peuvent être sensibles à l’humidité, aux rongeurs ou aux insectes. Il est donc important de choisir un matériau qui offre une bonne résistance à ces facteurs afin d’éviter les problèmes d’isolation sur le long terme.
  • Le respect de l’environnement : certains matériaux isolants sont issus de ressources renouvelables et présentent une faible empreinte carbone. D’autres, comme les mousses de polyuréthane ou les polystyrènes expansés, sont fabriqués à partir de dérivés du pétrole et peuvent être plus nocifs pour l’environnement lors de leur production et de leur fin de vie.

Quelques exemples de matériaux isolants couramment utilisés :

  • La laine minérale (laines de verre ou de roche) : ce sont des matériaux très courants et économiques qui offrent une bonne performance thermique et une résistance au feu. Cependant, ils peuvent être irritants lors de la pose et sont généralement moins écologiques que d’autres solutions.
  • Les fibres de bois : elles proviennent du résidu de sciage et présentent une excellente performance thermique ainsi qu’une bonne régulation de l’humidité intérieure. Les panneaux de fibres de bois sont également très résistants aux rongeurs et aux insectes.
  • La ouate de cellulose : issue du recyclage de journaux et magazines, elle est réputée pour sa performance thermique, son caractère écologique et sa résistance contre les nuisibles. Elle se présente généralement sous forme de flocons à souffler.
  • Le chanvre : cette plante peut être utilisée pour fabriquer des matériaux isolants sous forme de panneaux ou de rouleaux. Elle offre une bonne performance thermique, une excellente régulation de l’humidité et un faible impact environnemental.

Les différentes techniques d’isolation des combles

L’isolation par soufflage

Comme mentionné précédemment, l’isolation des combles perdus peut se faire par soufflage de matériaux en vrac (laine minérale, ouate de cellulose, etc.). Cette technique est rapide et efficace car elle permet d’éviter les ponts thermiques et de couvrir uniformément toute la surface du plancher des combles. De plus, elle est moins coûteuse que d’autres méthodes d’isolation.

L’isolation par déroulement

Cette méthode consiste à poser des rouleaux d’isolant entre les solives ou les chevrons du plancher des combles. Pour obtenir une bonne isolation et éviter les ponts thermiques, il est important de bien veiller à ce que les rouleaux soient découpés aux bonnes dimensions et jointifs. L’isolation par déroulement présente l’avantage d’être plus simple à réaliser que certaines autres techniques, mais peut être moins performante si elle n’est pas correctement mise en œuvre.

L’isolation par insufflation

Il s’agit d’une technique couramment utilisée pour isoler les combles aménageables, mais aussi parfois pour des combles perdus. L’insufflation consiste à injecter un matériau isolant en vrac (laine minérale, ouate de cellulose, fibres de bois, etc.) dans des caissons pré-installés entre les chevrons ou les fermettes. Cette méthode permet d’obtenir une isolation homogène et performante tout en évitant les ponts thermiques.

En résumé, l’isolation des combles est primordiale pour garantir le confort thermique et acoustique d’une habitation, et surtout pour réaliser des économies sur la facture de chauffage. Le choix des matériaux et des techniques d’isolation dépendra du type de comble à isoler (perdu ou aménageable), ainsi que des critères de qualité et de performance souhaités. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour vous conseiller et réaliser vos travaux d’isolation de manière optimale.